Petites histoires d’arbres

arche-nature-151112-RLP- JARDIMEDIA - 25

L’automne est bien installé. La nature rougit, jaunit, roussit. Les arbres prennent des parures spectaculaires. La saison est propice aux belles balades en forêt. L’occasion de s’oxygéner en famille. Gérée par Le Mans Métropole (72), l’arche de la nature propose aux citadins un sentier balisé de 32 arbres remarquables au sein de sa forêt de 300 hectares. Le parking le plus proche du parcours est dénommé « le verger ». A quelques mètres, des panneaux indiquent le début du parcours. Nous voilà partis pour 2,5 km de marche en forêt. Le sentier et tout le sous-bois sont tapissés de feuilles rousses ou jaunes, créant une ambiance chaleureuse et feutrée.

C’est où ?

A deux pas du centre-ville du Mans, là proximité de l’Abbaye de l’Epau, fléchée dans plusieurs endroits autour de la ville.  Si vous venez de Paris, prenez l’autoroute A 11, puis à A 28 et échappez-vous de ce nœud routier vers la nature par la sortie n°23, direction Changé.

Pourquoi y aller ?

Pour découvrir des arbres remarquables à plusieurs titres. Certains sont de très beaux arbres au développement harmonieux ; d’autres ont des proportions qui en imposent ; d’autres encore, classés « artistiques » ont adopté une forme insolite ou témoignent d’une exploitation ancienne pour leur bois ou leurs fruits.

Ce que l’on a préféré

Les histoires que nous content ces arbres témoins du passé. On apprend les arbres de futaie au tronc unique, rectiligne et sans branche basse, qui s’élèvent de façon impressionnante vers l’infini du ciel et font rêver les ébénistes! Le plus haut est au n°30 un pin maritime de 37 m de haut. Au n°2, des peupliers noirs ressemblent à des mains : l’une faisant le V de la victoire et l’autre le chiffre 4 le pouce replié dans la paume. Ce sont des arbres dits « têtards », exploités dans les haie pour produire du bois de chauffage. Cela leur donne de drôles de silhouettes avec un tronc court et massif que l’on appelle parfois « trogne ».  Au n°25, le plus gros arbre du circuit (7,70 m de circonférence), un châtaignier, greffé sur un châtaignier sauvage, vestige d’une production de châtaignes traditionnelle en Sarthe jusque la fin du XIXe siècle. Au n°32, le clou du spectacle, un pin maritime s’étalant à l’horizontale et prenant cette silhouette insolite en toboggan.

Faire une pause

Au Mans, on se la joue chambre d’hôtes, en plein centre historique, au Clos d’Hauteville :au jardin délicieux : la glycine y est reine. 85 € la nuit pour 2 personnes. 2, rue d’Hauteville. Tél. : 02 43 23 26 80. 

Une petite faim ? Faites une halte à La Ciboulette : une institution (33 ans de présence). Menus de 21,90 à 59 €, formule déjeuner à partir de 13,90 €. A découvrir « la trilogie de lapin ».  14, rue de la Vieille Porte. Tél. : 02 43 24 65 67. 

 

 

Publicités

Le jardin secret de Jean-Pierre Coffe

 

Par une journée d’automne maussade, nous cheminons à travers la Beauce. Plate et morne, enveloppée de brumes. Quelques gouttes sur le pare-brise. La visite s’annonce humide. Lanneray (28)… Nous longeons le grand mur de la propriété de Jean-Pierre Coffe. Le portail s’ouvre et, rayon de soleil ! De là-haut, Jean-Pierre nous fait un signe. Cet amoureux des jardins en général – de son jardin en particulier -, toujours généreux, a envie de nous le faire découvrir sous les meilleurs auspices. Il en était fier et à raison car l’endroit est enchanteur…  » C’est un jardin de copains, un jardin où l’on vit » nous explique Christophe Dolbeau, le compagnon de Jean-Pierre, mais ce « paradis » n’en est pas moins botaniquement savant. Le jardin devant la maison reste plutôt classique. Il s’organise autour d’un bassin. Fleurs et arbustes apportent leur grain de sel à chaque saison. En automne, les pommiers d’ornement affichent rougeurs et petites pommes appréciées par les oiseaux. Derrière la maison, une grande pelouse est enserrée dans un espace boisé en demi-lune. Dans le sous-bois, Jean-Pierre a planté toute sorte d’arbres et d’arbustes qu’il aimait.

C’est où ?

Dans la région centre Val de Loire, à tout juste 10 km de Chateaudun, dans la commune de Lanneray.

Ce que l’on a préféré…

Le sous-bois qui sépare la maison de la route. C’est magique! Jean Pierre Coffe y a installé des trésors botaniques tout en conservant des espèces locales. Paré de couleurs automnes, l’ensemble a un charme fou… Quelques images pour vous faire rêver:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Pour découvrir son jardin…

  • Visites guidées quelques jours par an. Pour connaître les jours d’ouverture, cliquez ici.
  • Un livre publié chez Larousse : « Le Jardin secret de Jean-Pierre Coffe » de Christophe Dolbeau et Catherine Delvaux où les témoignages de ses copains accompagnent les photos de son jardin. Le jardin secret de Jean-Pierre Coffe