Jardin d’Albert Kahn (92) Du métro à Kyoto en quelques pas

« Ma nature a de grandes affinités avec la sensibilité des Japonais… » Albert Kahn

Après quelques minutes de métro sur la ligne 10, sortie « Boulogne – Pont de Saint Cloud ». Un grand rond-point. Les voitures passent et repassent, se croisent et se recroisent. La circulation n’arrête pas. Nous sommes à Boulogne – Billancourt (92), à proximité des quais de Seine. Une fois entrés dans les jardins d’Albert Kahn, oubliés la circulation, la pollution et le bruit ! Le jardin d’Albert Kahn est le reflet de sa philosophie. Il a mis près de 15 ans à aménager ces près de 4 hectares qui entoure son hôtel particulier à Boulogne-Billancourt. Il en fait un jardin typique du XIXe siècle dit « jardin de scènes », ici tout en contrastes. Cette succession d’ambiances très diverses est le reflet de son credo « la paix universelle par la connaissance des autres ». Le « jardin japonais » côtoie la « forêt vosgienne ». La rigueur du « jardin à la Française » voisine avec le joyeux fouillis du « jardin anglais ». Visiter son jardin, c’est s’imprégner de son univers intime ! Après avoir traversé le nouveau bâtiment à l’architecteur « origami », nous suivons la ligne de vie du jardin japonais. L’eau jaillit d’une étrange construction conique faite de galets. C’est la naissance. Elle s’écoule ensuite joyeuse, rebondit sur les pierres, symbolisant la fougue de l’adolescence. Elle s’élargit en bassin d’eau calme comme la plénitude de la maturité. Elle butte sur des murets de galets, les aléas de la vie…

Poussez au-delà du jardin japonais, vous serez surpris par la rigueur sophistiquée du jardin français, rassemblant rosiers et arbres fruitiers de toutes formes. Le lieu est d’un charme fou d’avril à juin avec les floraisons des arbres fruitiers et des roses. Le jardin anglais représente une campagne idéale particulièrement spectaculaire à l’automne quand tilleuls, ginkgos, érables et bouleaux se parent d’or. Terminons la visite vers l’endroit le plus insolite, la forêt vosgienne et son espace 100 % nature où se ressourcer.

C’est où

A Boulogne-Billancourt, 10-14 rue du port, 92100 Boulogne – Billancourt. Tél. : +33 (0)1 55 19 28 00. www.albert-kahn.hauts-de-seine.net.

Pendant la durée des travaux de rénovation du musée (fin prévue en 2020), l’accès des visiteurs se situe au 1, rue des abondantes. Visites guidées uniquement avec inscriptions préalable par téléphone ou mail (accueilmak@hauts-de-seine.fr)

Ouvert du mardi au dimanche, de 11 à 18 (octobre à avril) ou 19 (mai à septembre) h

La voiture est déconseillée. Il n’y a pas de parking public à proximité. Préférez les transports en commun.

En métro : ligne 10, terminus de la ligne, station « Boulogne – Pont de Saint Cloud », 5 mn à pied.

En bus : lignes 52, 72, 126, 160, 460, 467, arrêt « Rhin et Danube », 5 mn à pied.

En tramway : ligne T2, arrêt « Parc de Saint Cloud », 15 mn à pied en traversant le pont.

Pourquoi y aller ?

Pour le dépaysement : à peine poussée la porte, on y oublie la ville environnante. Dans tout le jardin résonne le clapotis de l’eau effaçant le va et vient de la circulation sur le quai de Seine tout proche. Un rideau de bambou gomme les immeubles alentour. Nous sommes nulle part et pourtant si bien…

Pour le bien-être : Ici, un banc, là un rondin de bois, plus loin une rambarde, sont autant d’invite à la pause méditative en suivant le ballet coloré des carpes Koï. Les pierres plates des chemins, une volée de marches irrégulières rythment la promenade.

Ce que l’on préfère

Le printemps et les cerisiers en fleurs, les azalées du jardin japonais ; les arbres fruitiers en fleurs du jardin français ; les rhododendrons et autres de fleurs de sous-bois de la forêt vosgienne… En fin de printemps, début d’été,  les marguerites, bleuets, coquelicots et ancolies insolites dans la partie la plus sauvage du jardin : le marais. Graminées et fleurs vivaces y sont disposées de façon très naturelle. 

 

 

 

L’automne avec les colorations chaudes des arbres notamment les cerisiers et les érables japonais.

 

 

 

Prolonger la visite…

Albert Kahn est un homme simple et discret jusqu’à être qualifié d’énigmatique. C’est un banquier avisé qui a mis sa fortune au service d’une grande idée : la paix universelle par la connaissance de chacun. Ses « Archives de la Planète » ont financé les voyages de photographes et de cinéastes autour du monde. Aujourd’hui la fondation Albert Kahn possède 72000 autochromes en couleur et 183000 heures de séquences filmées conservées et présentées au public au Musée Albert Kahn. Et si vous voulez jeter un coup d’œil sur le jardin « au temps d’Albert Kahn », il existe plus de 4000 clichés qui retracent la réalisation de ces jardins.

Publicités

Thoiry ZooSafari (78) Un safari à 45 mn de Paris

Comment passer une journée originale avec deux ados ? Le ZooSafari a reçu l’unanimité des suffrages familiaux. Il fallait essayer cette nouvelle attraction, le camion – brousse, l’innovation des 50 ans du parc !

Eh oui, alors que Paris bouillonnait en mai 68, Paul de la Panousse, propriétaire du château de Thoiry, crée un safari où il voulait « les animaux en liberté et les hommes enfermés dans leur voiture » ! Le succès fut au rendez-vous et le ZooSafari de Thoiry a évolué au fil des ans, intégrant de plus en plus la dimension écologique et la mission de sauvegarde des zoos. Nouveauté de la saison : le parcours en camion – brousse parmi les animaux. Haut sur ses roues, il vous offre un meilleur point de vue sur les animaux. Mais le réel avantage, c’est le conducteur. Un soigneur qui connait les animaux par cœur car il les côtoie tous les jours. Il raconte son quotidien, les mœurs de chaque espèce, des anecdotes du parc… Il n’oublie pas sa mission et nous alerte sur la sauvegarde de telle ou telle espèce. 

 

 

 

C’est où ?

A Thoiry, rue du pavillon de Montreuil. Tél. : +33 (0)1 34 87 40 67. www.thoiry.net. Ouvert tous les jours du 17/02 au 31/12, de 10 à 17 h.

En voiture : à partir de Paris, prendre l’A13 à la Porte d’Auteuil, puis l’A12, puis la N112 (Dreux), sortie Thoiry.

En transport en commun : la gare la plus proche « Montfort l’Amaury Méré », navette à Réserver à l’avance A/R, sur place safari en bus.

Pourquoi y aller ?

Pour voir des animaux d’origine lointaine, d’Afrique et d’Amérique du Nord (loups arctiques, ours et bisons) en semi-liberté avec des points de vue insolite : volière australienne, tunnel des lions, ponton au-dessus des félins…

 

Pour se détendre en famille dans un cadre dépaysant et majestueux : le parc du château comprend un parterre fleuri classique face au château, un parc à l’anglaise avec de vieux arbres dont certains datent de la construction du château et des topiaires animaliers insolites.

Ce que l’on préfère

Ambre (12 ans) et Tristan (15 ans) : le show du lion et de la lionne qui se sont accouplés sous nos yeux, le safari air parc, ensemble de filet pour se promener dans les arbres et avoir un point de vue à couper le souffle sur la plaine africaine et le labyrinthe « jeu de piste », pédagogique et ludique, peuplé d’animaux fantastiques.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les adultes : la bonne santé des animaux et la démarche de respect de l’environnement qui est présente partout dans le parc. Les indications précises des horaires de nourrissage des animaux afin de les voir en pleine action.

Nous n’avons pas pu tester la tyrolienne qui permet de survoler – en toute sécurité – le parc aux lions car elle ne fonctionne que les week-ends, les jours fériés et pendant les vacances scolaires d’été (à partir de 13 h).

Prolonger la visite…

Samedi 2 juin :  profitez d’une journée exceptionnelle, la première édition du Happy Thoiry Festival. Le parc est ouvert de 10 h à minuit. Un pique-nique géant est prévu sur les pelouses du château suivi de 2 h 30 de concert réunissant le groupe Arcadian, Amir et Claudio Capéo. Le rendez-vous promet d’être récurrent chaque année ! 

Affiche-CONCERT