Le Grand Jardin (52) Sous le signe du buis et des fruits

Au cœur de la petite cité de caractère de Joinville en Haute Marne se niche une de ces élégantes résidences de plaisance en vogue au XVIIe siècle, entourée d’un jardin où fruit, buis, symétrie et fantaisie se côtoient avec bonheur.

L’entrée du Grand Jardin est sur l’arrière du château. Sur la droite, en entrant, en contrebas, le long de la façade est (arrière), des parterres de broderies de buis taillés sont égayés de toutes sortes de fleurs qui changent avec la saison. L’ensemble est entouré d’arbres fruitiers en contrespalier. De grands ifs sculptés, alignés en haie d’honneur, constituent le toparium (créé en 2015),  une sorte de catalogue vivant des formes géométriques de topiaires que l’on peut trouver dans les jardins du Château de Versailles. Le château, élégant, entouré de douves sur trois côtés semble flotter sur l’eau. Longeant le canal qui prolonge les douves, d’autres parterres de broderie rythment la promenade. Ils accueillent de la lavande, de la santoline, des fleurs plus saisonnières comme des tulipes au printemps ou des cléomes, œillets d’Inde, lin… en été. Des arbres fruitiers palissés s’appuient sur le mur qui clôt le domaine au sud.  Là encore des allées surélevées offrent un point de vue en surplomb sur ces entrelacs de buis. 

Face au château s’alignent le jardin Renaissance. Géométrie, symétrie, ligne droite sont la règle de sa composition. Les allées se croisent en croix. Les parterres sont d’exacts carrés. Deux grands carrés soulignés d’un triple feston – du buis en bordure basse, des rosiers de Provins, des treillages en bois – regroupent d’un côté des aromatiques (hysope, thym, cerfeuil…), de l’autre des plantes médicinales : digital, germandrée, aconit… « une officine naturelle à portée de main » selon les dires d’Olivier de Serres.

 

Le parc Pittoresque est la partie la plus naturelle du jardin, avec ces grands arbres, de grands espaces, une ombre rafraîchissante… que l’on apprécie les chaudes après-midi d’été. Cette partie du jardin a été rénovée en préservant les vieux arbres présents et en en ajoutant d’autres d’essences plus rares – hêtre pourpre, copalme d’Amérique (Liquidambar styraciflua), frêne panaché (Fraxinus excelsior ‘Variegata’)… – afin de la transformer en arboretum. Les anciens canaux suivent désormais un cours sinueux comme s’il s’agissait d’une vraie rivière qui paresse dans l’herbe fraîche. Les allées ondulent entre les arbres. Un couple s’accorde une pause dans les chiliennes rayées disposées ici et là à l’ombre.

 

C’est où

A Joinville (52300). Tél. : +33 (0)3 25 94 17 54. www.haute-marne.fr.

Ouvert du 26 mars au 30 octobre. Tous les jours sauf le mardi du 30 mai au 18 septembre, uniquement le week-end aux autres périodes d’ouverture.

En voiture : depuis Paris, 240 km, par l’A 5 direction Chaumont, ou par la N 4 via Saint-Dizier, puis N 67.

En train : la gare de Joinville (à 2 h 30 de Paris) est la plus proche.

Contacts : maison du tourisme de Haute-Marne : 03 25 30 39 04. www.tourisme-hautemarne.com ou tourisme-champagne-chaumont.com

Pourquoi y aller ?

– Pour la structure originale du jardin, élaboré à deux époques différentes : le jardin Renaissance, son tracé strict et ses cultures utilitaires agencées de façon très esthétique ; le jardin romantique ou parc pittoresque, sa rivière artificielle et ses grands arbres.

 

– Pour la star du jardin Renaissance qui barre la perspective au bout de cette allée centrale : une tonnelle en bois, un berceau pour être plus exact dans la terminologie, couverte de vigne. Pure création contemporaine, elle est inspirée d’une illustration du songe de Poliphile. Des bancs incorporés dans la structure permettent de s’y attarder pour jouir de son ombre et surtout admirer le travail du bois et l’habileté des artisans qui l’ont réalisée.

 

Ce que l’on préfère

– Le verger et ses plus de 365 arbres dont 70 variétés anciennes dont la plupart étaient déjà connues au XVIIe siècle : la prune ‘Perdrigon’, violette, allongée, le plus souvent séchée en pruneau, la pomme ‘Rambour d’Hiver, une variété française dont les origines remontent au début du XVIIe siècle, ou la poire ‘Cuisse Madame’, petite à la chair un peu croquante et juteuse. 

 

– La collection de plus de 150 variétés de buis différentes, agréée par le CCVS (Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées) : elle est nichée dans le sous-bois. Certains sujets déjà de belle taille commencent à être sculptés en formes animalières ou fantastiques. A vous de deviner ce qu’ils vont devenir !

grand jardin - 150615 - JARDIMEDIA - 48

– L’histoire mouvementée du château et des jardins : Construit par Claude de Lorraine, baron de Joinville et duc de Guise, au début du XVIe siècle, la propriété ne fut jusque la Révolution qu’une demeure de plaisance où l’on venant se reposer ou accueillir des amis, une « maison de campagne », le « château d’en-bas ». Au milieu du XIXe siècle, dans un état critique, il est racheté par un riche maître de forge de la région qui en améliore le confort intérieur et l’entoure d’un parc romantique à l’anglaise. Fin des années 70, la propriété est rachetée par le conseil régional de Haute Marne, le jardin est classé aux Monuments Historiques. Côté jardins, la rénovation met l’arbre fruitier à l’honneur.

Prolonger la visite…

Impossible d’échapper à ces deux incontournables quand on vient en Haute-Marne : Le « parcours De Gaulle » à Colombey-Les-Deux Eglises (40 km de Joinville). Rendez-vous au Mémorial Charles de Gaulle. Tous les jours du 1er avril au 30 septembre ; fermé le mardi du 1er octobre au 31 mars. Tél. : +33 (0)3 25 30 90 80. www.memorial-charlesdegaulle.fr. 16,50 € (adulte).

Pour séjourner, Le Val du Roy, chambre d’hôtes dans un ancien couvent du XVIIe, 22, rue de Valleroy, 52300 Joinville. Tél. : +33 (0)6 07 55 43 67. http://www.levalduroy.com. Chambre double : 90 €.

Pour se restaurer : restaurant La côte verte, 76 Rue du General de Gaulle, 52300 Thonnance-lès-Joinville. Tél. : +33 (0)3 25 94 03 63. Des produits frais, de saison, cuisinés avec raffinement. Menus de 16 à 28 €. Fermé dimanche et lundi.

Publicités

Le jardin de Marie (18) La générosité pour philosophie

« Avec la vue que nous avons, il me semblait naturel de concevoir mon jardin à l’anglaise, très naturel, en incluant le paysage vallonné dans la composition. » 

Marie est une incorrigible enthousiaste pourvu qu’elle soit dans un jardin. Le sien a de multiples visages qui s’ouvrent sur le paysage vallonné : potager « campagne », jardin blanc so british, allée de graminées aérienne… Cette enfant du sud est tombée sous le charme de cette  ferme, au cœur de la campagne berrichonne… Ce sont 2 hectares de terrain et surtout une « page vierge à aménager » qui ont séduit Marie. Véritable novice, elle se plonge dans les magazines et les livres. Pendant quelques années tout ce qu’elle lit parle de jardins, de plantes, de botanique. Elle suit des cours à l’école du Breuil, au jardin du Luxembourg et à l’école du paysage de Versailles. Elle aménage progressivement son jardin qui entoure les bâtiments. Derrière la maison, face au panorama vallonné du Berry, le terrain en pente a été façonné en terrasses bordées de murets de pierres sèches. Son potager, nourricier et décoratif à la fois, jouxte la grange qui lui sert maintenant de boutique. Parisienne jusqu’alors, il y a une dizaine d’années, elle décide de s’établir à plein temps auprès de son jardin. Et elle en ouvre les allées et les plates-bandes aux visiteurs. Profitez-en !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est où

A Neuilly en Sancerre (18250), Chemin de l’Avoinerie. Tél. : +33 (0)6 71 21 26 60. www.lejardindemarie.com . A environ 2 heures au sud de Paris, à proximité des vignobles de Sancerre, à 15 km de Sancerre (18300). Ouvert de la fin avril au début octobre, tous les après-midi de 14 h 30 à 18 h 30.

En voiture : à partir de Paris, A6 direction Lyon, puis A77 direction Nevers, sortie 24, direction Sancerre, puis, Bourges

En train : Cosne Cour sur Loire (58200), à 25 km, est la gare la plus proche.

Pourquoi y aller ?

La philosophie 100 % nature de Marie : « La terre n’appartient pas à l’homme ; l’homme appartient à la terre… » C’est avec ses mots d’un chef amérindien que Marie introduit sa philosophie du jardin. C’est sa responsabilité de protéger et de respecter sa terre. En son jardin, tous doivent se sentir bien : la faune sauvage, ses chats et tous les visiteurs qui le parcourent. Nichoirs, mangeoires, points d’eau divers, hôtel à insectes, lieux d’accueil de la faune sauvage, jalonnent le jardin. Tous doivent s’y sentir bien : la faune sauvage, ses chats et, vous, le visiteur.

« Je n’ai pas le temps de traiter alors je laisse la nature faire et je compte sur la biodiversité. »

Le mariage réussi du panorama et du jardin : En accord avec ses principes, plus le jardin est ouvert sur le paysage comme derrière la maison, plus elle y cultive des plantes aux allures naturelles comme le grand massif des viburnums ou l’espace verger, face au panorama.

Le potager cultivé dans « un esprit permaculture » comme elle dit. Elle ne retourne pas la terre et maintient une couverture de paille tout l’été. Fleurs et légumes se mélangent dans les carrés pour un maximum de biodiversité ; Il n’y a pas mieux pour éviter les gros dégâts des parasites ou des maladies.

Ce que l’on préfère

– Les parfums de la roseraie (plus de 500 variétés) : elle s’organise autour d’une tonnelle au dessin insolite. Des rosiers arbustifs et buisson agrémentent le reste de l’espace. Des fauteuils de bois rouge vous invitent à la pause dans cet univers romantique.

– La modernité du jardin zen entouré de graminées et du jardin des Cucurbitacées, au top dès septembre. Potiron, potimarron et autres courges alambiquées s’échappent des carrés bordés de bois, bien alignés, pour courir sur le sol de graviers clairs. Des bidons métalliques de récup’, peints en orange à l’unisson des potirons, débordent de fleurettes. 

DSC_3002

Prolonger la visite…

Marie propose 3 chambres d’hôtes aux amoureux des jardins qui auraient envie de prolonger le plaisir de la visite, d’y découvrir la beauté du coucher de soleil ou la douce lumière du matin qui fait briller la rosée sur les blondes graminées. A partir de 80 € la nuit avec petit déjeuner pour 2 personnes. www.leschambresdujardindemarie.com

DSC_3170